Il y a quelques années sur la route en rentrant chez moi, toutes les conditions étaient réunies pour débuter un film d'horreur : il faisait presque nuit, en pleine campagne, avec un brouillard à couper à la tronçonneuse et je cherchais une bifurcation pour écourter mon trajet. Scénario classique. Et j'étais en 2CV.
Enfin le croisement apparut : clignotant à gauche, je m'engageais sur le raccourci lorsque dans le halo des phares et l'intermittence du petit feu orange, se profilèrent des ombres qui traversaient le chemin. Je ralentissais. Des mouton ?... Non... Je freinais... STOP ! Là, devant mon capot, j'assistais à un défilé de sangliers, de laies... ou les deux, et de marcassins. Je me demandais alors ce qu'il en aurait été de mon carrosse si j'étais arrivée une minute plus tôt et.. ou... si l'idée avait pris à ces singularis porcus de courir de front... Mais je bénis aussitôt ce brouillard qui m'obligeait à rouler lentement pour m'arrêter pile au premier rang de ce spectacle.

Moment fort, avec cette impression de pouvoir toucher l'animal... Instant unique, privilégié, jusqu'à ce que je rencontre...

S49Sur cette même route, bien des années plus tard, sans que les conditions soient réunies pour le film d'horreur, puisqu'il faisait entièrement nuit et qu'il n'y avait pas de brouillard. Et que je n'étais pas en 2CV.
Sur ce raccourci, uniquement éclairé par mes feux, une grosse tache sombre au milieu de la chaussée se distinguait peu à peu. Une forme lugubre se dégagea, silhouette fantomatique, qui soudain, s'arrachant du sol, vint prendre son envol face à la voiture, dévoilant ainsi son identité.
Que c'est grand une chouette !
Que c'est large une chouette !
Que c'est majestueux une chouette !
L'instant n'était pas fort, il était magique ! Le rapace m'offrait en quelques secondes une lumière blanche irréelle, projetée par son envergure, comme un moment de grâce, un instant divin.
Le temps de compter jusqu'à 10... 12 peut-être, la nuit était revenue, l'oiseau s'en était allé. Mais je gardais déjà au fond de moi cette intense petite bulle féerique, condensé de pur bonheur.

Je ne connais pas le nom de ce raccourci. Je l'ai baptisé : " Passage des brèves rencontres ".

C'était ma petite histoire pour ce dernier jour de l'année et qui me permet de rebondir en vous souhaitant de belles rencontres pour 2018 !